Pour mettre à l’honneur ces services de livraison, Monoprix et son agence Rosapark ont voulu de nouveau surprendre avec une communication décalée en créant « The Worst Song In The World ».

On a tous déjà connu cette situation où, une fois les courses finies, il faut les porter jusqu’à chez soi. C’est souvent pénible et inconfortable, surtout lorsqu’on a son casque sur les oreilles et qu’une playlist douteuse est lancée. Les bras chargés comme jamais, il est impossible de changer la musique et il faut la subir jusqu’à chez soi. Et c’est sur cet insight que se base la nouvelle communication de Monoprix.

Réalisée par Traktor, cette vidéo met en scène, d’un côté, une jeune femme qui écoute une musique kitsch dans son casque, et de l’autre, un groupe de musique qui lui demande pourquoi elle ne change pas de morceau. Si elle ne change pas de chanson, c’est tout simplement parce qu’elle ne peut pas : elle a les mains prises par d’énormes sacs de courses. Et oui… parce qu’avoir les mains libres, ça change tout.

« Pour concevoir ”la pire chanson du monde”, nous avons surtout cherché à mettre en scène l’univers musical le plus éloigné possible de la jeune femme. C’est un clash de générations, de styles, de goûts. Mais nous nous sommes aussi efforcés de faire en sorte que cette chanson soit un guilty pleasure, le genre de chanson qu’on adore écouter même si on ne l’avoue pas aux autres », explique Gilles Fichteberg, co-fondateur de Rosapark.