fbpx

Comment voit-on le déconfinement lorsqu’on est publicitaire à Paris ?

Natcha

Alors que le déconfinement a commencé il y a maintenant 2 semaines, nous poursuivons notre série d’interviews pour, cette fois, mieux comprendre comment les agences et les publicitaires vivent ce “retour pas si à la normale que ça”.

Pendant le confinement, nous avions interrogé 2 publicitaires (Julien Scaglione de chez Buzzman et Dominique Castellano de chez DDB) pour connaître leur point de vue sur la situation inédite qui nous habitait. Nous avions également posé quelques questions à un team créatif de l’agence Memac Ogilvy de Dubaï pour mieux comprendre les enjeux d’un travail créatif à la maison.

Aujourd’hui, même si nous pouvons sortir sans attestation, nous continuons de marcher avec une béquille et le retour à la normale n’est pas prévu avant un petit moment. C’est pourquoi nous trouvons pertinent de continuer cette série de témoignages pour mieux comprendre les enjeux qui nous attendent, même après le confinement. Cette fois, nous avons interrogé Natcha Crea, Senior Account Manager chez Dare.Win. Nous souhaitions connaître son point de vue sur le déconfinement et les missions qui attendent les publicitaires. Voici ses réponses :

Hello Natcha, tout d’abord est-ce que tu peux nous expliquer comment tu as vécu le confinement dans ton quotidien professionnel ? Quel a été ton ressenti globalement ?

Le confinement a été pour moi un vrai challenge. Je suis de nature à ne pas être fan du télétravail, c’est une question de caractère, je préfère de loin la frénésie de l’open space, au calme de mon salon que j’associe habituellement à un espace de détente. Mais après plus de deux mois, je m’y suis fait.

Dans mon métier d’account manager la relation quotidienne avec les différents pôles de l’agence (Strat, Crea, Prod, Rp) est une des clés essentielles à une organisation bien structurée et à la mise en place de réponses adaptées aux demandes de mes clients. Le contexte du confinement a donc remis en question toute cette organisation, il a fallu revoir les process et s’organiser en conséquence pour ne pas se laisser envahir par les demandes. Pour cela j’ai mis en place des points quotidiens via des appels visios, des recaps journalier de l’avancée de mes différents sujets et après un petit temps d’adaptation à ces nouvelles procédures et rendez-vous virtuels, tout s’est très bien déroulé.

Chez Dare.Win l’un des maîtres mots qui nous caractérisent c’est “l’adaptabilité” et je dois dire que durant cette période particulière cela a été plus que jamais le cas.

Et avec le déconfinement ? Tu continues de télétravailler ou tu as pu retourner à l’agence voir tes collègues ? Comment ça se passe ?

Le déconfinement a été annoncé au 11 mai dernier pour tous les français. Cependant, l’Etat a quand même demandé de privilégier le télétravail pour les entreprises ne nécessitant pas une présence obligatoire dans les locaux.

La direction de Dare.Win nous ainsi rapidement communiquer que pour garantir la sécurité de tous les collaborateurs, nous resterons en télétravail jusqu’à nouvel ordre. Une team travaille au quotidien sur notre retour à l’agence, en pensant à un nouvel aménagement des locaux pour garantir les distances de sécurité obligatoires, la mise à disposition pour chaque salarié de masques et gels hydro-alcooliques, ainsi que toutes les mesures nécessaires permettant de ne prendre aucun risque au moment de notre retour. Cela va être là aussi une toute nouvelle organisation pour tout le monde, mais c’est vraiment nécessaire à mon sens pour qu’on puisse tous revenir travailler dans les meilleures conditions possibles.

J’attends avec impatience de retourner à l’agence, de retrouver les rituels, le bruit de l’open space – toute la dynamique de l’agence. Dare.Win est un groupe de communication particulièrement dynamique de par la diversité des profils qui le compose et on le ressent vraiment dans nos locaux. C’est très motivant ! Je compte les jours, mais je sais que c’est la sécurité qui prône avant tout.

Ton métier de Senior Account Manager n’a pas dû être de tout repos pendant cette période. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur les challenges que tu as dû relever pendant le confinement ?

Le challenge a surtout été de réagir vite sur différents points : l’organisation, les campagnes en cours, celles annulées ou à modifier au vu du contexte, les budgets, les plannings, les contraintes de prod … tout a été chamboulé.

D’ailleurs, quelles ont été les recommandations que tu as pu faire à tes clients pendant le confinement ? Tu leur as recommandé de communiquer ? Si oui dans quelles mesures ?

À l’agence je fais partie de ce que l’on nomme, le pôle lifestyle qui regroupe divers types de clients : alcooliers, mode, beauté … Comme vous vous en doutez ce sont des secteurs qui ont fortement été impactés par la crise sanitaire en cours.

C’est pourquoi, avant même de communiquer, nous avons conseillé à nos clients de d’abord écouter.

Les gens étant soucieux et angoissés, nous avons cherché à les divertir, les faire sortir de leur quotidien, les aider. Le temps n’est plus à la publicité classique et encore moins pendant cette période très particulière.

Avec notre client Martini du groupe Bacardi par exemple, nous avons organisé un rendez-vous tous les vendredis « Les Visio Friday », en partenariat avec leurs bars partenaires. Une opération fun et solidaire qui permettait à la fois aux gens de se rencontrer/retrouver et de se détendre autour d’un apéro sur Zoom, le tout animé par des activités proposées par la marque (DJ, Blind Test…), mais également d’apporter du soutien aux bars partenaires, puisque chaque connexion permettait de récolter des dons pour ces derniers.

Le déconfinement est maintenant un nouveau challenge, comment est-ce que tu gères la situation ? Tu le vois comme un retour à la normale ou plutôt comme une nouvelle situation dans laquelle il faut s’adapter rapidement ?

Le plus perturbant à mon sens c’est que la situation reste encore assez floue, chaque jour il faut faire face à l’incertitude de l’actualité face à ce virus et à la crise qu’il a engendrée.

Le véritable challenge dans mon métier actuellement, c’est donc d’être encore plus agile, souple pour s’adapter au fur et à mesure. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais on essaie d’optimiser les plans pour la reprise de l’activité. Pour cela, il ne faut pas négliger un élément primordial à mon sens, celui de l’écoute des consommateurs et des nouveaux besoins auxquels ils vont faire face post-crise.

Plus globalement, est-ce que tu ressens un changement dans ton métier et comment est-ce que tu perçois l’après ? Tu penses que cette période peut-être bénéfique ou pas du tout ?

Comme après chaque crise, il y a des points négatifs certes, mais aussi des éléments positifs qui peuvent être associés à cette période particulière et qui vont nous permettre d’évoluer dans notre manière de travailler.

Les agences n’ont jamais été aussi créatives que durant cette période, notamment grâce au digital, mais aussi à la volonté de pouvoir “être utile”.

Il faut ainsi repenser nos réponses aux briefs : minimiser les productions événementielles pour le moment, prévoir des petits tournages avec un respect rigoureux des règles de sécurité sanitaire. Encore plus durant cette période, on se rend compte de la puissance du digital et chez Dare.Win c’est une expertise que l’on maîtrise. Dans le secteur d’activité de la communication et du marketing, je pense que cette période a été bénéfique, les marques sont parties à la recherche d’une certaine quête de sens, elles ont moins communiqué mais de manière plus qualitative, plus engagée, elles se sont posées les bonnes questions. Il faut continuer sur cette lancée pour garder cette belle dynamique.

Pour finir, il y a beaucoup de jeunes publicitaires qui nous lisent. Est-ce que tu peux nous donner ton point de vue sur le futur à court terme dans la publicité ? Comme le niveau d’embauche dans le secteur, la demande des agences en ressources humaines par exemple.

Le secteur n’a jamais été aussi bouleversé c’est une réalité, la publicité classique est en voie d’extinction car elle ne correspond plus depuis plusieurs années maintenant aux attentes des consommateurs. La réalité du marché, c’est que les gens attendent de plus en plus des marques qui leur proposent du contenu ayant une réelle plus value et ne faisant pas seulement la promotion de leur produit. Pour accepter et apprécier la publicité, les publics ont besoin d’être divertis, engagés dans une expérience ou bien se sentir partenaire d’une quête de sens, d’utilité.

Concernant, le niveau d’embauche, il faut être réaliste la conjoncture actuelle n’est pas la plus adéquate pour embaucher, du moins dans certaines branches de notre activité. Mais il y a malgré tout à mon sens des opportunités à créer pour les jeunes créatifs. C’est donc maintenant ou jamais qu’il faut faire preuve d’adaptabilité et de créativité pour faire valoir ses compétences, on l’a vu durant cette période de confinement, le digital a été un véritable vecteur de lien social, les métiers digitaux ont le vent en poupe car celui-ci a pris une place plus importante et finalement le virtuel n’a jamais semblé aussi réel, il y a donc des choses à créer de ce côté-là.

Chez Dare.Win nous sommes d’ailleurs à la recherche de plusieurs profils : Social Creative, Motion Designer, Influence Manager, en stage mais aussi en poste ! Jeunes créatifs n’attendez donc plus et envoyez-nous vos candidatures, retrouvez toutes nos offres ​ici.

Merci Natcha !

❤️ Vous avez aimé l'article ? Partagez-le ❤️
Facebook
Twitter
LinkedIn
Gabriel Teisson

Gabriel Teisson

Fondateur de Dans Ta Pub. Je scanne le web à la recherche de nouveaux usages créatifs et marketing 🕵️‍♂️
Abonnez-vous à nos
emails privés 💌
et recevez 30 outils pour booster votre créativté en cadeau !
🎁 Cadeau 🎁
30 outils pour booster sa créativité
en vous abonnant à nos emails privés