Pour communiquer sur les nouvelles saveurs de cookies Oreo, la marque a décidé de créer un affichage original et interactif dans les rues de New York.

dans-ta-pub-affichage-new-york-wonderful-cookies-oreo-vault

Ce mystérieux portail reposant au doux nom de « Oreo Wondervault » invite les passants à ouvrir une porte en forme de cookies. Cette dernière s’ouvre alors sur un monde extraordinaire qui rappelle d’une manière très assumée l’univers de Willy Wonka dans « Charlie et la chocolaterie ».

L’affichage est en fait une sorte d’énorme usine qui va mélanger pas moins de 50 saveurs de cookies pour proposer 100 combinaisons délicieuses selon la marque. Le passant doit simplement actionner le levier devant lui pour laisser place à l’animation et obtenir sa boite de cookies aléatoires.

Oreo précise également qu’il a fallu pas moins de 18 mois de travail à ses équipes pour tester toutes les combinaisons de saveurs. Une info qui nous laisse penser que ces saveurs ne seront pas uniquement disponible sur cet affichage et que des nouveaux combos seront à venir en magasin.

EST-CE CRÉDIBLE ?

Utiliser l’espace urbain de cette manière a toujours été une bonne stratégie de communication à mon avis (si l’idée est en cohérence avec l’univers de la marque évidemment). Oreo reste fidèle à son territoire de marque avec un discours humoristique, mignon et surtout bourré de références (on se rappellera de la campagne Daily Twist).

Sur le plan marketing pur, Oreo présente ici une opération affective ayant pour but de renforcer le lien entre le consommateur et la marque. C’est en lui faisant passer un moment unique comme celui-ci et en lui offrant un cadeau qu’Oreo s’assure de bons retours des consommateurs.

Qu’en pensez-vous ?

dans-ta-pub-affichage-new-york-wonderful-cookies-oreo-vault-2dans-ta-pub-affichage-new-york-wonderful-cookies-oreo-vault-4dans-ta-pub-affichage-new-york-wonderful-cookies-oreo-vault-6dans-ta-pub-affichage-new-york-wonderful-cookies-oreo-vault-5dans-ta-pub-affichage-new-york-wonderful-cookies-oreo-vault-1

Source : Adweek