La neknomination, ce phénomène qui consiste à ingurgiter de l’alcool fait énormément de bruit depuis quelques temps sur Facebook. Enquête sur cette tendance.

Neknomination : Les internautes au bord de l’overdose

Tout commence en Australie, lorsque des étudiants irlandais décident de trinquer avec leurs amis restés au pays. Via Skype, ces étudiants trinquent virtuellement en se lançant des défis, notamment des cul-sec. Le phénomène commence donc ici, quand une alternative voit le jour sur Facebook pour lancer des défis à ses amis.

La neknomination, de l’expression « neck a drink » en anglais qui veut dire, boire un verre cul-sec », est une nouvelle tendance des réseaux sociaux qui consiste à nominer 3 amis de notre facebook pour que ces 3 derniers créent une vidéo les mettant en scène entrain de boire à leur tour.
Une fois la substance engloutie, la personne ayant réalisé cet acte se doit de nominer d’autres personnes qui à leurs tours devront relever le défi, ainsi de suite. Au placard les chaînes du type « Envoie ce mail à 10 personnes et il t’arrivera… » so 2002, maintenant on est dans l’air « 2.0 ».

Une pratique très récente qui se propage à une vitesse phénoménale sur les réseaux sociaux. Certains internautes soulèvent la question de la dangerosité de l’ingestion de l’alcool, d’autres se demandent pourquoi cela existe, d’autres se prêtent au jeu et trouvent ça très drôle…

Bon celle-ci est quand même épique

Qui sont ces personnes, pourquoi réagissent-elles ainsi et comment cet effet s’est-il propagé ? Les faits ci-dessous.

La jeunesse au cœur du mouvement

Ce sont principalement les jeunes de 13-26 ans qui s’adonnent à cette pratique. En effet, on peut observer différents comportements vis-à-vis de l’alcool différentes tranches d’âges.

À commencer par les 13-16 ans :

En pleine (pré)puberté, ces jeunes découvrent les joies de l’alcool, qui pour eux étaient quelque de chose de réservées aux adultes, ce qui est normalement le cas. Du coup, le fait de publier une vidéo entrain de boire de l’alcool est quelque chose d’extraordinaire pour eux. En effet, ils n’hésiteront pas à se vanter de la chose vis à vis de leurs amis car à cette âge là, la personne qui fume et qui boit est un «beau gosse».

Il s’agit pour eux de pâlier au besoin de reconnaissance qu’ils recherchent pour ainsi se trouver une place dans la société. Cependant, à cet âge là, il reste encore des jeunes raisonnables qui, fidèles à leurs valeurs, ne souhaitent pas s’engager dans ce cercle vicieux. Il y a encore des gens raisonnables à cet âge là, c’est plus tard que les choses se gâtent…

Vient donc ensuite les 16-18 ans :

Le lycée… Si je vous parlais d’un besoin de reconnaissance pour les 13-16 plus haut, je vous en parle encore pour cette tranche d’âge, mais puissance 1000 ! L’arrivée au lycée et le changement radical d’une personne sont deux choses qui se lient indépendamment. C’est à cette période que les jeunes doivent être « cool », « réputé », « stylé » pour être invités aux soirées et se faire plein de potes.
C’est ici que l’alcool intervient, et la cigarette aussi d’ailleurs mais ce n’est pas le sujet. Mis à part la reconnaissance, il y a également la recherche des «joies» de l’alcool à cet âge là. Cette fois pas de sagesse, tout le monde goute à l’alcool. Tout le monde découvre l’alcool et les premières cuites, ce qui créent un véritable engouement pour ces jeunes d’ingurgiter cette boisson.

Le neknomination est donc un bon moyen pour eux d’assouvir leur besoin de reconnaissance, mais également de s’amuser comme jamais ils ne s’amuseront avec de l’alcool. C’est pour cela que l’affluence des publications de vidéos neknomination est la plus importante dans cette tranche d’âge.

Enfin les 18-26 ans :

Eux, l’alcool ils connaissent. Ils ont déjà tout expérimenté et le besoin de reconnaissance, pour la plupart d’entre eux, ils s’en foutent. Eux ce qui peut les intéresser dans cet «exercice», c’est de travailler la mise en scène de la vidéo, pour se donner un style : humoristique, créatif, prétentieux et j’en passe…

Le caractère prétentieux peut être interprété comme un caractère des 16-18 ans : ces derniers pensent prouver leur force à travers l’ingestion d’un verre. Puis d’autres personnes plus avancés, matures, tout en restant amusante, détournent l’intérêt principal de cette pratique pour ne retenir que la mise en scène. Ce qui donne des vidéos plutôt marrantes, bien réalisés, et un brin moqueur.

L’affluence de publication de vidéos pour cette tranche d’âge reste tout de même plus faible que celle des autres.

dans-ta-pub-etudes-consommateur-tendance-neknommination-1

Ce phénomène en inquiète plus d’un

Je ne vous apprends rien, l’alcool est dangereux pour la santé. Et pour cause, certains médecins luttent déjà pour interdire cette pratique. Pourquoi ?

Il aurait déjà été cas de plusieurs décès dû à cette tendance. Des personnes prenant ce jeu beaucoup trop au sérieux et qui ont ingéré bien trop d’alcool, d’autres qui voulaient tellement soigné la mise en scène qu’ils en sont morts (noyade dans la mer)…

Et forcément, qui dit tendance dit marque à l’affut :

Pour conclure

Cette tendance a certes un impact énorme sur les réseaux sociaux, elle n’en est pas moins douteuse. Si cette pratique reste plus raisonnable pour la tranche des 18-26 ans, pour les autres je trouve ça plutôt dangereux. Il faut savoir de toute manière que les jeunes se prennent pour des adultes, de plus en plus jeunes à chaque nouvelle génération. Honnêtement ce phénomène m’intrigue et je ne saurais pas l’expliquer, globalement le monde urbain dans lequel on vit doit en être la cause.

L’image que l’on renvoie aux autres prend une place de plus en plus importante dans la société et les jeunes y sont confrontés de plus en plus tôt, et c’est à cause de ça que ces vidéos circulent chez les 13-18 ans. C’est irrémédiable car le besoin de s’affirmer est tel qu’il pourrait même défier l’autorité des parents.

En résumé, je comprends parfaitement l’engouement des personnes de 18 à 26 ans faisant ces vidéos même si je n’approuve pas, car ça ne m’amuse pas plus que ça. Mais pour les jeunes de 13 à 16 ans, je trouve cela effarant.