2014 est l’année de Snapchat. Les chiffres de l’application sont impressionnants : plus de 30 millions d’utilisateurs, 700 millions de snaps envoyés par jour, une appli consultée 14 fois par jour en moyenne…


Cependant au-delà des utilisations marketing que peuvent en faire les marques (Taco Bell en tête), l’utilisation primaire de Snapchat peut être détournée pour donner naissance à des opérations créatives, voici un top 5 des détournements de Snapchat.

La plus RH : The Snapchat Pitch

Afin de sélectionner ses futurs créatifs, l’agence DDB Oslo a imaginé une opération de recrutement via Snapchat. Partant du principe que les bonnes idées peuvent être expliquées en une phrase, l’agence challenge des étudiants de pitcher une idée créative via un snap d’une durée de 10 secondes. Les auteurs des meilleurs snaps ont été conviés à Oslo pour un entretien de stage.

La plus verte : Nature Snap Facts

OndAzul est une ONG brésilienne qui milite pour la protection de l’environnement. Avec ses Nature Snap Facts, OndAzul envoie des Snaps qui montrent en temps réel des désastres écologiques d’une durée de dix secondes. Par exemple, dix secondes c’est le temps qu’il faut pour détruire quatre kilomètre carrés de la forêt Amazonienne. Une belle manière de susciter une prise de conscience.

La plus médicale : Snapzheimer

Comment sensibiliser les jeunes à la maladie d’Alzheimer qui ne cesse de gagner du terrain ? La fondation Médéric Alzheimer et Proximity BBDO ont imaginé Snapzheimer, une opération de prévention via Snapchat.
Le Principe ? Envoyer des snaps représentant des photos de vacances et d’autres souvenirs heureux qui disparaissent peu à peu et laissent place à des messages percutants tels que « Des images qui disparaissent c’est drôle, sauf quand c’est votre réalité » ou encore « Oublier des moments gênants c’est pratique. Tant que c’est un choix ».

La plus activiste : Report Without Fear

Certains gouvernements n’hésitent pas à censurer, voire à user de la violence contre ceux qui militent pour le droit à l’information. Ainsi, certains militants ne partage plus de photos ou de vidéos compromettantes sur les medias sociaux de peur de subir des représailles. Avec Report Without Fear à l’initiative de la Miami Ad School, chacun peut enregistrer des abus et autres persécutions et les envoyer à Amnesty International via leur compte Snapchat. L’essence éphémère de Snapchat fait que la vidéo/photo sera automatiquement effacée du smartphone, garantissant l’anonymat et évitant toutes représailles.

La plus écolo : Don’t let this be my last selfie

A travers cette opération, WWF met en parallèle la durée de vie limitée d’un snap avec celle d’animaux en danger. S’appuyant sur l’insight que ce selfie pourrait être leur dernier si nous n’agissons pas. Une belle opération qui surfe intelligemment sur la tendance du selfie.

Analyse et critique :

Mis à part l’opération « The Snapchat Pitch », toutes ces initiatives sont à l’origine d’ONG ou de structures souhaitant sensibiliser leur audience à leurs actions (prévention d’une maladie, protection de l’environnement…). Outre son caractère tendance, Snapchat nécessite un budget limité comparé à d’autres médias sociaux.

Le caractère éphémère de Snapchat renforce l’attention de l’utilisateur lorsqu’il ouvre un snap, ce qui en fait un medium parfait pour délivrer un message percutant. De plus, tout comme Tinder, Snapchat est utilisé par une population jeune et connectée, ce qui fait de l’application un point de contact tout à fait pertinent pour s’adresser à cette audience.

Cependant, du fait de la nécessité d’ajouter soi-même les comptes à suivre, Snapchat ne peut pas se suffire à elle-même et nécessite encore à l’heure actuelle un soutien d’autres canaux et médias pour recruter une base de « fans ».

S'inscrire à la newsletter !