Vous vous souvenez, le temps où vous étiez petit et que votre imagination était débordante ? Malheureusement, les choses ont changé.

VOIR AUSSI : 9 outils indispensables pour devenir un publicitaire créatif

Les peurs sont certainement les plus gros freins à la créativité, et il en existe différentes formes. La peur de la feuille blanche, la peur du jugement, la peur de ne pas plaire, etc. Mais malheureusement, la créativité et la peur sont étrangement liées et sont difficilement dissociables. Et souvent on ne procède pas comme il faut pour être plus efficace créativement parlant. On cherche à être créatif plutôt que de tuer ces peurs. C’est comme ça qu’il faudrait réfléchir : tuer la peur créative.

Voici donc un récapitulatif des peurs créatives les plus courantes et comment les vaincre :

1. La peur de ne pas être quelqu’un de créatif

Les personnes qui ont cette peur pensent que ce ne sont pas des personnes créatives. Ils sont persuadés qu’ils ne font pas partie de ce groupe qu’ils aimeraient tant rejoindre : les personnes créatives. Ils se voient généralement comme trop rationnel pour prétendre être créatif et se persuadent eux-mêmes en se disant : « Je n’ai pas l’esprit créatif ».

Ces gens ne voient pas combien ils sont créatifs au quotidien. En effet, la créativité est un mot extrêmement vague. On ne parle pas de créativité dans le sens « prendre une feuille et commencer à dessiner quelque chose ». On peut être créatif dans son quotidien, en s’habillant, en se coiffant ou en cuisinant. Par exemple, avoir une action créative peut se résumer à créer un short avec un vieux jean que l’on ne met plus. Ça peut paraître insignifiant mais c’est une action créative, et vous devez être fière de votre petite création.

Comment la vaincre :

Le plus important est de ne pas chercher à être créatif mais à chercher à retrouver la confiance que l’on avait lorsqu’on était enfant. Commencez par revoir votre définition de la créativité. Regardez autour de vous les difficultés que vous affrontez au quotidien et regardez surtout comment vous êtes créatif pour les surmonter : comment vous remplacer un ingrédient qu’il vous manque pour votre plat ? Comment vous réparez votre ordinateur qui commence à buguer ? Comment vous vous organisez pour aller faire vos courses ?

Vous n’êtes certainement pas le prochain Pablo Picasso, mais toutes ces petites actions font de vous quelqu’un de créatif, soyez en sûr. Apprenez à les relever et vous verrez que vous faites partie des gens créatifs.

2. La peur de rater

En France particulièrement, on reçoit beaucoup de critiques lorsqu’on échoue quelque chose. Depuis tout petit on se fait tapper sur les doigts lorsqu’on se trompe, et ce dans n’importe quelle situation. Au fil du temps, on a donc commencé à avoir peur de rater et on n’essaye même plus à cause de cette peur.

Car oui, on a beaucoup de pression vis-à-vis de l’échec : échouez ces examens et on n’aura jamais de boulot. Échouer dans son boulot et on perd son style de vie.

Pourtant, l’échec fait partie intégrante de notre vie. Les plus grands de ce monde échouent tous les jours, mais c’est comme ça qu’ils apprennent. Ils ont développé une capacité à coopérer avec l’échec et à comprendre que pour apprendre, il faut échouer. Vous allez apprendre à échouer.

Comment la vaincre :

« Échouez, échouez encore, échouez mieux » disait Samuel Beckett.

Trouvez un moyen d’essayer de nouvelles choses et ne pensez pas à l’échec. Ces moyens, vous allez les appeler des « expérimentations » et vous ne penserez en aucun cas aux conséquences de l’échec de ces actions. Gardez le résultat pour vous, ne pensez pas aux autres. Vous allez tester de nouvelles choses et surtout, apprendre. C’est ce qu’on appelle aussi la curiosité. Vous voyez, tout est lié.

Sachez que de grandes erreurs ont permis d’inventer des choses tellement banales aujourd’hui. Par exemple les chips ont été inventées par un cuisinier qui perdit son sang froid lorsqu’un client trouvait ses pommes de terre pas assez fines. Il les coupa tellement fines et les fit frire tellement fortes qu’il obtenu les premières chips.

Le post-it fut lui inventé par un chercheur de l’entreprise 3M qui n’arrivait pas à créer une colle suffisamment puissante. Celle qu’il avait créé ne collait que des petits objets, était facilement détachable et ne laissait pas de trace.

3. La peur de l’inconnu

La créativité n’est pas quelque chose de fini. Généralement, lorsqu’on commence à créer quelque chose, le résultat obtenu n’est jamais celui auquel on s’attendait lorsqu’on a commencé. Pour prendre un exemple connu de tous, Facebook ressemblait à la base plus à un Tinder pour universitaire qu’au réseau social qu’on connait aujourd’hui. Les idées se forment et se déforment au fur et à mesure.

Pour faire voyager votre créativité et votre projet, n’accordez pas trop d’importance à l’idée de base, laissez votre imagination faire le reste. C’est compliqué à mettre en place, surtout aujourd’hui lorsque notre vie est rythmée à Google Calendar et aux réseaux sociaux.

Comment la vaincre :

Apprenez à faire des choses sans plan. Partez marcher dans une nouvelle ville sans plan, commencez à écrire sur un sujet qui vous tient à coeur sans but, simplement pour vous. Sortez de votre zone de confort.

Si vous attendez d’avoir LA bonne idée pour commencer, vous ne commencerez jamais. La meilleure idée, c’est de commencer. Agissez.

4. La peur d’être irrationnel et illogique

La rationalité est une valeur extrêmement importante dans notre culture occidentale. Pourtant s’il est important de créer des connections logiques entre ce que l’on pense et notre monde, il ne faut pas oublier le côté créatif de notre cerveau.

« La logique vous mènera d’un point A à un point B. L’imagination vous emmènera partout. » disait Albert Einstein.

Comment la vaincre :

N’essayez pas de créer et d’analyser en même temps. Commencez d’abord par utiliser votre esprit créatif pour générer un nombre énorme d’idées. Utilisez ensuite votre esprit logique pour les trier.

5. La peur d’être jugé

Nous avons déjà tous vécu un moment où nous avons été jugé pour ce que nous sommes ou pour ce que nous avons fait. Et ce n’est jamais très agréable.

Du coup, la seule solution que l’on a trouvé à cette situation c’est de faire en sorte de ne rien faire qui puisse être jugé. Mais en faisant ça, on n’évolue pas, on reste petit, on n’exprime pas sa personnalité. On essouffle le potentiel de chacun à cause de ces peurs.

Et le plus terrible, c’est que c’est généralement vous, votre pire ennemi. Car oui, on est généralement plus dur envers soi même que les autres le sont. En se critiquant soi même, on essayer de se protéger du jugement des autres. Mais le problème en faisant ça, c’est qu’on ne prend plus de risques et on n’essaye pas de nouvelles choses.

Comment la vaincre :

Comme la peur d’être irrationnel et illogique, laissez votre créativité aller là où elle doit aller, sans penser à autre chose. Ne vous bridez pas, vous modifierez votre travail plus tard (et surtout après un labs de temps pour éviter les jugements hâtifs).

Et surtout, lorsque vous évaluer votre travail, soyez attentif au langage que vous utilisez. Arrêtez de dire « c’est de la merde », cherchez plutôt à savoir pourquoi ça ne vous convient pas et faites les modifications qu’il faut pour que ça devienne acceptable.

6. La peur de se révéler, d’être vulnérable

La créativité peut être quelque chose de très personnel et peut vous faire sentir vulnérable si vous le montrez aux autres. Plus vous avez travaillé sur un quelque chose, plus vous vous êtes éloigné de votre zone de confort et plus il devint dure d’accepter les critiques des autres.

Comment la vaincre :

Plus votre travail compte pour vous, plus vous serez vulnérable aux critiques des autres. Plutôt que d’avoir peur de cette vulnérabilité, essayez plutôt de penser à pourquoi ce projet compte tant pour vous. Soyez fière de ce que vous faites et servez-vous en pour continuer à avancer.

7. La peur d’être rejeté

L’être humain est un animal social qui a besoin des autres pour vivre. La solitude peut engendrer des problèmes mentaux mais aussi physique, comme raccourcir drastiquement notre espérance de vie. C’est donc logique que nous ne voulons en aucun cas être rejeté.

Souvent, les créatifs sont perçus comme des personnes à l’écart de la société, des normes sociales. Par exemple, Van Gogh, de son vivant, n’a vendu qu’un seul tableau. Galilé fut forcé d’admettre qu’il avait menti lorsqu’il avait affirmé que la terre tourné autour du soleil, et non l’inverse.

Comment la vaincre :

Nous avons un avantage considérable aujourd’hui par rapport à nos ancêtres : internet. Il a permet de rendre le monde plus petit et les connections plus faciles. Lorsqu’on est seul chez soi, on peut quand même échanger et communiquer.

Pour vaincre cette peur, le mieux est de le faire par étape. Il faut commencer par créé pour soi, et ensuite élargir de plus en plus le cercle. En commençant par exemple par un petit groupe de personnes (3-4) qui partagent le même centre d’intérêt. Une fois que vous aurez gagné confiance en vous, vous pourrez élargir de plus en plus ce cercle.

8. La peur d’être un imposteur

Tout le monde se comparent aux autres, envient les autres et se posent des questions sur légitimité de la place qu’ils occupent. Même certains plus grands de ce monde se demandent ce qu’ils font à leur place. Pourtant, de notre point de vue, tout indique le contraire : qualifications, les résultats, le caractère. Tout montre que ces personnes sont la où elles devraient être.

Ce sentiment d’être un imposteur empêche certaines personnes d’être satisfaites de ce qu’elles font. En effet, le travail qu’elles fournissent n’est pas assez parfait pour montrer aux autres qu’elles sont à leur place (de leur point de vue). Et ça peut les empêcher d’essayer de faire les choses.

Comment la vaincre :

Gardez en tête qu’aucune idée n’est parfaite et qu’il est impossible de satisfaire tout le monde, surtout vous. C’est dans la nature humaine et ça ne veut en aucun cas dire que vous efforts ne payent pas et que vous n’êtes pas à votre place.

9. La peur de ne pas gagner d’argent

L’image de l’artiste incompris qui doit se « prostituer » pour finir les fins de mois n’est qu’une légende urbaine (ou presque). Mais derrière cette image se cache quelque chose de plus grave : la créativité nous conduit uniquement vers une vie difficile, sombre et sans richesse.

Ainsi, notre esprit logique et rationnel prend le dessus et on choisi alors un métier plus conventionnel comme dans le business, le droit ou la médecine. Un métier qui rassure. La sécurité.

Comment la vaincre :

Rappelez-vous que les personnes que vous admirez sont des personnes avec une carrière créative. Les réalisateurs, les publicitaires, les designers et autres en sont arrivés là car ils ont fait des choix créatifs. Bien entendu, il y a une part de chance (et de talent), car tous les réalisateurs ou peintres ne sont pas tous millionaires. Mais essayez de combiner créativité et boulot qui paye, surtout en vous débrouillant. Un réalisateur ne va pas forcément faire le prochain blockbuster mais peut créer des films pour des petites marques. Un acteur peut lui jouer dans des publicités, etc.

10. La peur de se lancer

Commencer et certainement la chose la plus dure, pour n’importe quoi dans notre vie. L’anticipation des évènements à surmonter freine généralement beaucoup de monde à se lancer. La peur de la page blanche est un phénomène connu, mais il n’est pas exclusif au métier d’écrivain.

Comment la vaincre :

Comme nous l’avons vu précédemment, le principal est surtout de commencer. Mais uniquement l’action de commencer, pas forcément le commencement. C’est à dire que vous pouvez débuter votre projet, votre livre, votre article, votre peinture, votre partition par le milieu. Le but est simplement de commencer à mettre des mots sur ce que vous voulez faire, même si ça n’a aucun sens.

Le simple faite de faire l’action de commencement débloquera petit à petit ces peurs qui vous empêche de débuter votre projet. Gardez en tête que vous pourrez toujours modifier et revenir sur vos choix plus tard.